Nature Curieuse

Catherine, notre figurante, nous raconte son week-end à l'Isle-aux-Grues avec son mari

L’Isle-aux-Grues, trésor caché dans le ventre du Saint-Laurent, si près de nous, mais si dépaysant à la fois. C’est sous l’aile de l’équipe de Tourisme Chaudière-Appalaches que nous avons, mon mari et moi, eu la chance de savourer la vie insulaire typiquement « Gruoise », l’instant d’un weekend automnal.

Le simple fait qu’un court vol d’avion avec  Air Montmagny   était notre moyen de transport pour gagner l’île fut suffisant pour nous insuffler une sensation de vacances. Surplomber l’archipel et repérer une impressionnante envolée d’oies blanches à quelques minutes de l’atterrissage nous a donné le parfait avant-goût de ce que nous réservait la terre ferme. Pittoresque, rustique et réconfortant sont les mots qui résument le mieux notre séjour… et notre itinéraire vous révèlera pourquoi!

À notre arrivée, l’équipe de Tourisme Chaudières-Appalaches nous a fait monter à bord d’une mini-fourgonnette pour la suite de notre aventure. Un micro-road trip a suffi pour prendre le pouls de l’île : des paysages époustouflants et une nature douce sauvage, parsemés de mignonnes maisons ancestrales inspirants la lenteur et le retour aux sources. Par ailleurs, il n’existe aucune station essence sur place, ni de gros commerces. Les petits commerces se comptent sur les doigts d’une main, et leur horaire imprévisible vient honorer le charme des lieux. 

Une fois nos yeux rassasiés, ce fût au tour de nos papilles de vivre une expérience typiquement gruoise : la dégustation d’une fondue au fromage local  dans l’enchanteur restaurant de l’Auberge Pourvoirie de l’Isle-aux-Grues . La présentation du repas dans la simplicité et le réconfort n’a fait qu’enivrer nos sens déjà assouvis de bonheur.

Auberge - Pourvoirie Isle-aux-Grues

Bien que nous nous déplacions en van, le moyen de transport de prédilection sur place est de loin le vélo. C’est avec beaucoup d’entrain que nous avons digéré notre copieux repas en pédalant pour poursuivre la découverte de l’île. Ces quelques heures de cyclotourisme nous ont mené à notre accommodation pour la nuit : la Maison du Grand Héron. En mode « glamping », c’est dans un coquet tipi que nous nous sommes installés pour passer la nuit…mais pas avant d’observer les derniers rayons du jour se fondre à l’horizon.

L’Auberge et pourvoirie de l'Isle-aux-Grues , située à la pointe de l’île, offre une vue à couper le souffle où le temps s’arrête au gré des miroitements du fleuve, du frémissement des hautes herbes et de la charpente des montagnes qui se dépeint au loin. À cet endroit de rêve, nous avons contemplé le coucher du soleil en dégustant une désaltérante bière ATR-4, disponible exclusivement à l’Auberge de la pourvoirie. Celle-ci tient son nom de l’emblématique navire historique, accosté en périphérie du site.

Au petit matin, ce sont les mêmes rayons que nous avons vus disparaître la veille qui nous ont caressés le visage, à travers la canopée des arbres. Si la sérénité avait un visage, ce serait le nôtre ce matin-là. Café à la main et odeur de feu de bois : c’est ainsi que s’est amorcée notre deuxième journée dans ce paradis reclus.

Les Maisons du Grand Héron
Les Maisons du Grand Héron

Après un petit déjeuner continental à l’auberge, nous sommes allés s’aventurer dans la réserve naturelle du célèbre Jean-Paul Riopelle , natif de l’île. Ce bain de forêt fut un réel baume pour l’âme. La balade nous a mené vers plusieurs passages insolites s’ouvrant sur des plages désertes, trésors incarnés des lieux.

Réserve naturelle Jean-Paul Riopelle
Réserve naturelle Jean-Paul Riopelle
Réserve naturelle Jean-Paul Riopelle
Réserve naturelle Jean-Paul Riopelle
Réserve naturelle Jean-Paul Riopelle

Pour clore notre escapade, nous sommes retournés à la Maison du Grand Héron , situé en face du traversier. Gilles, le propriétaire, nous y attendait avec un plateau d’esturgeon fumé, soit un grand classique sur l’île. Préparé tous les jours lorsqu’en saison, il est possible de le déguster au petit marché avoisinant. Discuter des enjeux de la vie insulaire avec un natif, tant accueillant que savant, a certainement bonifié notre séjour.

C’est dans l’attente de notre lift de retour que nous avons profité du calme une dernière fois avant de regagner Montmagny. La patience est une vertu essentielle sur l’île, où outre l’avion, le traversier quotidien est la seule porte de sortie. Nous recommandons fortement d’explorer les lieux comme cycliste ou comme piéton afin d’éviter l’encombrement de véhicules sur le traversier, et péripéties qui peuvent s’en suivre s’il venait à manquer de places.

Gilles Tardif des Maisons du Grand Héron
Gilles Tardif des Maisons du Grand Héron
Les Maisons du Grand Héron
Les Maisons du Grand Héron

Il va sans dire que ce joyau patrimonial gagne à être connu, et nous le recommandons fortement pour une escapade des plus paisibles. De notre côté, nous y reviendrons certainement!

Texte : Catherine Kotiuga
Photos : Stéphanie Allard 

Rejoins-moi sur mon île

l'Isle-aux-Grues

CONSULTEZ LE WEEK-END PRÊT-À-PARTIR

Résumé de l'expérience

Ce week-end...partez à l'aventure sur une île, tout le monde à bord! Explorez ce que vous réserve la faune et la flore d'une île au beau milieu du Saint-Laurent et faites la rencontre de personnes aux mille et une histoires.

Comment s'y rendre ?

Voici les directions Google Maps

- L'été, lors d'une croisière avec Les Croisières Lachance
- L'été, avec le traversier Montmagny-L'Isle-aux-Grues
- En toutes saisons, par avion avec Air Montmagny

Quelle est la durée moyenne de la visite ? 

Une journée c'est bien...mais deux ou trois, c'est mieux pour en profiter adéquatement !

Commentaires (0)