Sur les traces de Riopelle

Vous êtes ici

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez nos promotions X

Jean-Paul Riopelle est encore très présent dans le décor bucolique de L'Isle-aux-Grues depuis son décès en 2002. Il continue de laisser sa marque de créativité au gré des saisons de ce village insulaire où il fait bon vivre. Suivez les traces de Riopelle à travers un circuit qui vous guide dans des lieux inspirants et enchanteurs. Consultez la brochure.

Réserve naturelle Jean-Paul-Riopelle

 Jetez votre premier regard sur la nature flamboyante dans la Réserve naturelle Jean-Paul-Riopelle, la forêt de la Pointe aux Pins, où il a puisé beaucoup de son inspiration. En circulant dans les sentiers, des centaines d'espèces de plantes et d'oiseaux viendront égailler votre randonnée.

 

 

 

Au goût de Riopelle

 Venez littéralement savourer "Le Riopelle de l'Isle" vendu à la Fromagerie Ile-aux-Grues. La saveur crémeuse de ce fromage envoûtera vos papilles. Une partie des recettes de la vente de celui-ci permet à la Fondation Riopelle-Vachon de verser des bourses aux étudiants de la communauté et de poursuivre également sa vocation environnementale.

 

 

 

La vie de l'artiste

 Le Musée de l'Isle-aux-Grues vous présente une exposition unique sur la vie de Jean-Paul Riopelle. Des livres, des reproductions, des rubriques visuels et des articles exclusifs combleront votre curiosité envers le personnage. Une maquette de sa dernière résidence, le Manoir McPherson-Lemoine, y est exposée.

 

 

 

Regard sur la rive

Situé à la pointe Sud-Est du village, le Manoir MacPherson-Lemoine offrait au peintre un lieu de sérénité et de quiétude sans conteste ainsi qu'une vue imprenable sur le fleuve. Jean-Paul Riopelle y scrutait le moindre mouvement de ses complices, les oies blanches. En automne et au printemps, de par les fenêtres de ce bâtiment construit en 1769, il pouvait demeurer plusieurs heures à contempler les vols des oies. Celles-ci ont d'ailleurs été le principal thème de ses tableaux réalisés à L'Ile-aux-Oies entre 1976 et 1992. Au loin, on peut voir cette île où Riopelle a si souvent chassé les oiseaux migrateurs.

À noter, le Manoir MacPherson est une propriété privée.